Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

 FacebookFacebookFacebook

 Sélection Store

T-Shirt Viking
T-Shirt Viking
Commander

Cliff Burton raconté par ses parents

La première fois que j'ai rencontré Jan Burton, c'était dans un magasin de disque de San Francisco. Je suis sorti dehors car j'ai vu une femme porter un sweat-shirt de Metallica. Je me suis approché d'elle et lui est demandé si elle était intéressée par des photos de Metallica. Elle répondit: "Ouais, parce que l'un d'entre eux est parfois mon fils". J'avais l'air d'un imbécile. Quelque temps plus tard, je suis allé les voir pour les connaître, et, Jan (mère) et Ray (père) Burton sont les deux personnes les plus affectueuses et vraies que j'ai rencontré. Ils sont de grands fans de Metallica et reçoivent régulièrement des nouvelles de James, Lars et Kirk. Cette interview a été faite dans leur appartement de Castro Valley en Californie, avant un repas fait par Jan Burton. J'aimerai remercier Jan et Ray pour l'interview et leur hospitalité. 

- Comment Cliff était-il enfant ?

Ray: Il avait 22 mois d'avance quand il a commencé à marcher et nous étions donc fort intéressés par ça, mais le médecin a dit: "Il n'y a rien d'anormal. Il est juste assez futé pour se rendre compte que maman et papa le porteront" [rires]. Quand on regarde en arrière, c'était humoristique. Il éreintait Jan.


Jan: C'était un grand gosse, il n'était jamais un problème ; il était vraiment silencieux. Il a juste mené une vie normale sauf pour une chose: il était toujours lui-même, même quand il était encore qu'un petit gosse. Je lui disais: "Tous les gosses jouent dehors, pourquoi ne vas-tu pas jouer avec eux ?". Et il répondait: "Ils ne jouent pas, ils sont juste assis pour parler. C'est chiant". Alors, il allait dans sa chambre pour lire ou faire dsentie la musique. Même quand il était tout petit, il écoutait sa musique et lisait ses livres. C'était un très grand lecteur et il était intelligent ; en troisième année, ils l'ont testé et il a obtenu la 11ème place pour la compréhension. Il a appris différemment la batterie. Il ne s'est jamais mélangé à la foule s'il ne le voulait pas. Il était toujours populaire et avait beaucoup d'amis. C'était un gosse très aimable et doux mais toujours seul.

Que pensez-vous de son attachement à la musique ?

Jan: Il n'a jamais pris de leçons jusqu'à l'âge de 13 ans, après la mort de son frère. Il a dit à un nombre de personnes: "Je serai le meilleur bassiste pour mon frère". Nous n'avons pas du tout pensé qu'il était trop talentueux [rires] ; Nous n'en avions aucune idée ! Nous avons juste pensé qu'il grattait, grattait, ce n'était vraiment pas facile pour lui au début. Puis, environ six mois après le début des leçons, ils ont commencé à venir ensemble. J'ai pensé: "Ce gosse a vraiment un potentiel" et j'ai été vraiment stupéfiée parce que, personne dans la famille n'était musicien ! Il a pris des leçons dans la rue pendant environ un an, et alors il est devenu trop fort pour son professeur et il est allé autre part pendant quelques années où il est aussi devenu trop fort pour son professeur. Alors, il est allé à l'école prendre des leçons avec un très bon bassiste de jazz. C'est lui qui lui a fait jouer du Bach, du Beethoven et de la musique baroque et lui a appris comment lire la musique. Ils ont travaillé longtemps ensemble et Cliff est devenu plus fort que lui. Il est devenu si bon qu'il n'avait plus besoin de personne. Il a beaucoup étudié et joué Bach. Il aimait Bach.

- Il pratiquait beaucoup ?

Jan: Entre quatre et six heures par jour, tous les jours, même après avoir rejoint Metallica. C'était un gars modeste. Il a toujours dit: "Non, il y a quelqu'un dans leur garage qui n'a pas encore découvert qu'il était le meilleur". Même au cours de sa dernière année avec Metallica, quand ils l'ont fait, ça n’a pas fait de différence pour lui. Il pratiquait toujours autant chaque morceau ; il travaillait la nuit et dormait le jour. Mais, quand il se levait, la première chose qu'il faisait c'était de prendre sa basse et d'y jouer. Le seul truc de Cliff qui était peu commun, c'était la considération pour nous, car il avait l'habitude de rester debout la nuit. Il n'a pas voulu changer son style de vie ; c'était trop dur pour son corps. Daniel (Donato) et Jim (Martin de Faith No More) venaient et ils jouaient à Dungeons and Dragons ou ils regardaient des vidéos ou ils mangeaient des gros repas comme les omelettes – il aimait cuisiner – et il nous réveillait très rarement. Il était très prévenant et affectueux.

Il était très honnête aussi ?

Jan: Il était si honnête que des fois, vous auriez pensez: "Oh, Cliff, je regrette que tu sois si honnête !". Aucun petit mensonge pour lui et il était si honnête que des fois, cela en devenait embarrassant [rires] Nous en avons parlé une fois et il a dit: "Je ne peux mentir à personne". Il était juste envers vous.

En ce qui concerne le moment où il a rejoint Metallica et quand ça a commencé à décoller, il semble que vous étiez toujours à 100% derrière lui ?

Ray: Oh, ouais, nous avons toujours senti que c'était la vie de Cliff et nous avons respecté ce qu'il avait choisi de faire. Et bien que la musique qu'il jouait ne fût pas vraiment celle que j'aurai aimée, il a voulu en jouer. Donc, je lui ai souhaité bonne chance. Je ne pouvais pas lui interdire.

Jan: Je n'ai pas vu ça comme ça. Je ne me suis pas soucié de quel genre de musique il jouait tant que cela lui plaisait. Le fait est que j'aimais le Heavy Metal, plutôt que de la pop ou la country. C'était différent de nos vies, ainsi j'ai pensé c'était passionnant ; je pense toujours que les concerts de Metallica sont excitants. Nous aimerions les remercier, ils ont été merveilleux avec nous. Ils ont été attentifs et aimants et, vous savez, cela doit être connu.

Ray: Quand il avait 21-22 ans, il a dit: "Je serai un musicien professionnel, ma vie sera comme celle d'un musicien". Et c'est ce qu'il a fait.

Jan: Nous avons dit: "Ok !" parce que Cliff n'a jamais perdu espoir. Je ne l'ai jamais vu perdre espoir. Donc, je savais que lorsqu'il a dit ça, il y serait à 110%. Puisque nous l'avons beaucoup aimé et respecté, nous avons vraiment essayé d'être à 110% avec lui parce que nous avons senti qu'il le méritait. Il avait déjà joué avec d'autres groupes locaux. Nous avons dit: "Ok !", nous vous donnons quatre ans. Nous payerons votre loyer et votre alimentation. Mais, si après, nous ne voyons pas de progrès, il est évident que vous n'en gagnerez pas votre vie avec, nous vous trouverons un travail. C'est tout ce que nous pouvons faire. On doit savoir d'ici là si vous allez le faire, donc, il a dit: "Excellent !". Et il l'a fait ! Deux ans plus tard. Bien sûr, "Kill'Em All" était le premier… Vous savez, on a jamais vraiment écouté de Heavy Metal ; c'était nouveau pour nous. Quand "Ride The Lightning" est sorti, j'ai dit: "Oh !". Il a pensé que c'était le meilleur album du monde. J'ai été vraiment effrayé et j'ai dit: "Cliff, comment pouvez-vous faire meilleur que ça ? C'est impossible de faire mieux que ça". Et ensuite ils ont sorti l'album "Master Of Puppets". Vous savez, ils sont doués et ils sont toujours un groupe talentueux.

Quelque chose a t-il changé après que Metallica devienne populaire ?

Jan: Non, rien, pas une seule chose.

Ray: Il n'a jamais agi comme une star. En fait, il détestait les personnes qui avaient cette attitude.

Jan: Il ne s’est jamais considéré comme une star. Il a dit: "Je suis juste un bon musicien, mais pas une star". Il était une star mais il ne l'a jamais reconnu.

Vous devez être très fier de tous ses exploits ?

Jan: Ah bien sûr ! Il n'y a aucun parent plus fier dans le monde ! Nul part ailleurs quelqu'un est plus fier de son fils. Ses exploits certainement. Mais le genre de personne qu'il était avec lui même n'a jamais changé, donc je pense qu'on devrait être encore plus fier. Il avait l'habitude de toujours dire: "Merci maman et papa, pour tout". Il n'a jamais pris la grosse tête.

Ray: Après avoir commencé à être connu, il a continué à sortir et jamer avec les mecs avec qui il était au lycée à la grange de Judd in Cull Canyon.

Jan: Pêcher avec Jim et Dave.

Que pensez-vous qu'il ait apporté au groupe ? Comment avez-vous vu son rôle dedans ?

Jan: Incontestablement. C'était l'unicité d'une personne jouant de la basse avec un tel talent… C'était une personne loyale, extrêmement loyale et ils n'ont pas voulu le laisser quitter Trauma. Mais Trauma a voulu qu'il gratte, gratte, gratte. Il a voulu joué de la basse solo et ils ont dit: "Aucune chance". Il était vraiment devenu frustré de vouloir s'exprimer musicalement. Metallica a continué à l'appeler chaque semaine. Ils l'appelaient de L.A. et il disait: "Non, non". Quand ils se sont finalement rencontrés, il a dit: "Je veux jouer de la basse solo. Je veux une tâche où je peux aller hors basse". Et ils ont dit: "Vous pouvez jouer tout ce que vous voulez, venez juste avec nous". Ils lui ont donné un solo de cinq minutes et ils le font toujours. Jason a ce privilège maintenant. Je ne connais pas beaucoup d'autres groupes, mais il n'y avait jamais de bassiste soliste sauf si celui-ci était le leader du groupe, qui est écrit et joué comme Cliff.

Ouais, il les a sortis de l'ombre !

Jan: Et plusieurs des milliers de lettres que j'ai reçues le disent.

N'y a t-il rien que vous voudriez dire personnellement à tous les gens qui vous ont écrit après que Cliff décède ?

Jan: J'aimerais bien sûr tous les remercier pour leurs lettres et, le monde du Heavy Metal et de Metallica, de nous garder dans leur cœur. Maintenant, un an plus tard, je reçois toujours des lettres ! C'est le vrai amour et de l'affection pure qui nous a vraiment aidé au cours de cette année. Je ne vais pas commencer à expliquer combien cela a signifié pour nous. Je leur ai écrit, ils m'ont réécrit et nous avons une petite correspondance. C'est un processus de guérison, cet amour est réciproque.

Ray, vous ne voulez rien ajouter ?

Ray: J'ai estimé que c'était un jeune homme extraordinaire, et le fait que ce soit mon fils m'a encore plus satisfait. Il s'est fixé des buts et à fait les choix en conséquence de ceux-ci. Il a estimé qu'avec Metallica, il pouvait réussir. Il a dit: "Chaque fois, nous nous jetions des trucs à la gueule, mais nous insistions toujours pour faire ce que nous voulions". "Je" : c'était toujours nous. Il a toujours pris en compte le point de vue des trois autres. J'ai senti que c'était un groupe très ouvert. Ils avaient sûrement quelques mauvais jours, particulièrement lors de la première tournée quand ils sont retrouvés dans l'Est.

Ouais, ça a dû être vraiment dur ?

Ray: Mais, ça ne les a pas arrêté même quand on leur a volé leur matériel. Il est resté et a persisté. Je ne peux qu'admirer et aimer Cliff, avec Kirk, James et Lars. Ils étaient une merveilleuse équipe. Il faisait quelque chose qu'il appréciait sûrement et a obtenu son accomplissement dans son travail. Cela fait mal que son travail dans le groupe soit terminé.

Interview: Trash Metal par Harald O.
Remerciements:
 Chimiks