Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

 FacebookFacebookFacebook

 Sélection Store

Nouvel album de Metallica!
"Hardwired... To 
Self-Destruct"
Commander

Interview exclusive de Ron McGovney

Interview par Shockwaves

 

- Est-ce à la Downey Elementary que tu as rencontré James Hetfield pour la première fois ?

J'ai rencontré James pour la première fois à la East Middle School (premier cycle du secondaire), je crois qu'il était dans la classe de musique. C'était le seul gars dans la classe qui savait jouer de la guitare.

Comment êtes-vous devenus amis ? Etait-ce grâce à l'intérêt commun que vous portiez à la musique ?

Lorsque nous sommes arrivés au collège, en septembre 1977, tout le monde avait son petit groupe. Il y avait les pom-pom girls, les sportifs, les membres de l'orchestre... et tu te retrouvais avec les retardataires qui traînaient sans réel groupe social, et ça concernait James et moi. Nous nous étions en fait mis aux mêmes casiers, et nous venions juste de commencer à traîner ensemble. A ce moment, je n'écoutais pas vraiment du Heavy Metal ou du Hard Rock, j'étais un fana d'Elvis. J'ai été foudroyé lorsqu'il est mort.

J'écoutais les groupes comme les Doobie Brothers, ZZ Top, et les Eagles. Et le groupe favori de James, à l'époque, était Aerosmith ; c'était un fana total de Steven Tyler. Et notre pote Dave Marrs était un dingue de Kiss. Dave Marrs, Jim Keshil, James et moi avions commencé à traîner ensemble et ils se moquaient de la musique que j'écoutais, en retour, je leur disais que Kiss et Aerosmith puaient et ainsi de suite ; nous le faisions tout le temps en cours.

A ce moment là, tu n'as pas en tête de devenir bassiste ?

Non, je ne connaissais absolument rien de la basse ou de ce genre d'instrument. Je cherchais juste à apprendre à jouer "Dust In The Wind" et "Stairway To Heaven" ; c'était ça mon but à l'époque.

En quelle année James a-t-il eu l'idée de former son propre groupe ?

C'était probablement au dixième niveau, nous étions des étudiants de seconde année. Il avait rejoint ce groupe appelé Obsession, qui était composé de James à la guitare ainsi qu'au chant, de Jim Arnold à la guitare et au chant, de Ron Valoz à la basse et au chant, et de son frère Rich Valoz à la batterie.

Ils ne reprenaient que des chansons de Rock et de Metal: "Never Say Die" (Black Sabbath), "Rock'N'Roll, "Communication Breakdown" (Led Zeppelin), "Rock Bottom, "Lights Out" (UFO) et "Highway Star" (Deep Purple) qui était l'une de leurs favorites. "Doctor, Doctor" et je pense d'autres morceaux de UFO. Ron Valoz chantait sur "Purple Haze", ils tournaient au chant. Je me rappelle lorsque "Heaven & Hell" est sorti, ils avaient commencé à la jouer tout aussi bien que Scorpions. Ils jouaient les parties d'arrière plan, c'était vers '79 ou '80, nous devions avoir 16 ans.

N'étais-tu pas un roadie pour Obsession ?

Oui. Nous allions à leurs répétitions les vendredi et samedi soirs à la maison des Valoz sur Eastbrook à Downey. Les Valoz étaient des petits génies à tout ce qui touche à l'électrique, ils avaient connecté des lumières partout et ils avaient construit ce loft dans leur garage, Dave Marrs et moi, nous nous asseyions là et utilisions le panneau de contrôle pour gérer les lumières, les stroboscopes et le matériel... on aurait dit un grand concert dans ce petit garage.

Combien de temps Obsession a tenu ?

Environ un an et demi... ils se sont séparés des frères Valoz, et alors James, Jim Arnold et son frère Chris Arnold ont formé un groupe appelé Syrinx, ils ne jouaient que des reprises de Rush, mais ça n'a pas duré très longtemps.

C'est environ à ce moment là que la mère de James décède...

La mère de James est morte lorsque nous étions au onzième niveau, en 1980, et James a du déménagé dans la maison de son frère à Brea, qui était à environ 20 minutes de chez nous. Il revenait tout de même les week-ends pour répéter.

A-t-il déjà dit que sa mère était réellement malade ?

Non. Nous ne le savions pas. Il est parti pendant environ dix jours et nous nous sommes dit qu'il était parti en vacances. Quand il nous a dit que sa mère venait de mourir, nous avons été abasourdis. Et alors qu'il était en train de nettoyer son casier il nous a dit qu'il devait déménager chez son frère à Brea.

Donc, vous vous retrouviez les week-ends...

A ce moment-là, James n'avait pas de groupe, il avait quitté Syrinx, il venait chez moi et nous jammions ensemble avec notre pote Dave Marrs qui essayait de jouer de la batterie, ça sonnait vraiment très mal.

Alors qu'il était en terminale au lycée de Brea, James n'a-t-il pas formé le groupe "Phantom Lord"?

Voyons voir... il s'était lié avec ce gars nommé Hugh Tanner au lycée Olinda de Brea et ils ont formé Phantom Lord, mais ce n'était pas réellement un groupe, ils se réunissaient et jammaient mais ils n'ont jamais fait de concerts. Ils n'avaient pas de bassiste, et James a suggéré que je joue de la basse, et je lui ai dit: "Je ne sais pas jouer de la basse, je n'ai même pas de basse". James m'a répondu: "Je te montrerais comment jouer". Alors nous avons loué une basse et un ampli au Downey music center et James m'a montré les bases pour suivre son jeu à la guitare.
Alors nous avons commencé à jammer dans ma chambre. A ce moment précis, les maisons de mes parents devaient être enlevées par l'Etat afin de pouvoir construire une nouvelle autoroute (la 105). Mes parents avaient trois maisons de location et l'une d'entre elles était vide et ils m'ont dit que je pouvais m'y installer puisqu'elle devait bientôt être détruite. Après que nous ayons obtenu notre BAC, James et moi sommes allés à la maison et nous avons transformé le garage en studio de répétition. Nous l'avons insonorisé et nous avons monté des murs secs et James a peint les chevrons en noir, le plafond en argenté, les murs en blanc et le tapis en rouge.

Nous sommes aux environs du mois de juin 1981, est-ce à ce moment là qu'a été formé "Leather Charm" ?

Ouais. Nous jammions avec Hugh Tanner depuis un moment déjà, il était en fait plutôt bon guitariste, mais il a décidé de se lancer dans le management dans le monde de la musique, alors il ne restait plus que James et moi. Alors nous nous sommes liés avec un batteur appelé Jim Mulligan, avec qui James allait en cours. Nous avons mis une annonce pour trouver un guitariste et un gars nommé Troy James a répondu à l'annonce et a rejoint notre groupe, qui s'appelait Leather Charm.

Nous jouions des choses dans le style Glam-Rock (mouvement musical des années 70), comme Motley Crüe, Sweet, et le groupe britannique Girl (où figuraient Phil Lewis et Phis Collin), de qui nous jouions le morceau nommé "Hollywood Tease". Nous faisions pas mal de reprises aussi comme "Pictured Life" de Scorpions, "Wrathchild" et "Remember Tomorrow" d'Iron Maiden et "Slick Black Cadillac" de Quiet Riot (l'époque de Randy Rhoads).

Alors nous arrivons au début de l'année 1982, quatre membres composent Metallica, avec vous à la basse, vous répétez dans votre garage, décrivez-nous une journée type ?

Nous nous retrouvions tous ensemble après le boulot. James ne travaillait pas à ce moment. Quant à Lars, il travaillait dans l'équipe de nuit d'une station essence ouverte 24h/24, Dave, lui, était... travailleur indépendant. A ce moment, il n'y avait que Dave à la guitare, James chantait seulement. On arrive au moment où James a dit qu'il ne pensait pas être assez bon pour chanter et qu'il voulait seulement jouer de la guitare rythmique. Nous avons alors trouvé ce chanteur, Sammy Dijon, qui était dans Ruthless, un groupe local. Il a répété avec nous pendant environ trois semaines mais nous n'avons jamais joué un concert avec lui. Ils ont dit à Sammy que ça ne marchait pas et James est revenu au chant.

Nous sommes aux alentours du mois de mars 1982, comment Metallica a dégotté la place d'ouverture pour le tristement célèbre concert de Saxon au Whisky ?

Sur un quatre pistes Teac, nous avons enregistré une démo de trois morceaux: "Hit The Lights", "Killing Time", et "Let It Loose". Nous avons entendu dire que Saxon allait faire un concert au Whisky à Hollywood. Donc, je suis allé au club avec notre démo, et alors que je marchais, je suis tombé sur Tommy Lee et Vince Neil de Mötley Crüe pour qui je prenais des photos à ce moment. Ils m'ont dit: "Hey Ron, quoi de neuf ?". Je leur ai dit que Saxon allait jouer un concert au Whisky et que je voulais essayer de faire jouer mon groupe en première partie. Ils m'ont dit: "Oui, nous allions ouvrir pour eux mais nous sommes devenus trop important pour jouer en première partie. Viens, entre et je te présenterai à la poulette qui fait les réservations". Donc, j'ai déposé la cassette et elle m'a rappelé le lendemain, je me rappelle qu'elle m'a dit: "Les gars, vous êtes assez bon... vous me rappelez ce groupe local nommé Black'n'Blue". En tout cas, elle m'a dit: "Saxon est programmé pour jouer deux soirs; nous aurons Ratt pour ouvrir le premier soir et votre groupe peut faire la première partie la nuit suivante". Donc, nous devons en fait remercier Mötley Crüe pour nous avoir offert ce concert, qui a été une chance pour nous. C'était le troisième show de Metallica. Nous avons en fait ouvert deux fois cette nuit pour Saxon.

Après ce show, vous avez enregistré une nouvelle démo quatre pistes en avril 1982, connu plus tard sous le nom de "Power Metal" ?

Nous avons enregistré cette démo dans mon garage sur un quatre pistes. Les quatre morceaux étaient "Hit The Lights", "The Mechanix", "Jump In The Fire" et "Motorbreath" ; qui étaient toutes des originales. Ces morceaux ont été ensuite enregistrés sur la démo appelée "No Life Till Leather". James chantait différemment dessus, comme sur "Jump In The Fire", il prolongeait la note sur les refrains. Il essayait de chanter comme le chanteur Sean Harris de Diamond Head, mais il s'est rendu compte plus tard qu'il ne sonnait pas comme Sean Harris, il a donc décidé de chanter d'un ton plus bourru. La manière dont cette démo a été nommée "Power Metal Demo" est plutôt marrante.

Voici l'anecdote, je suis allé faire des cartes de Metallica pour les envoyer à des promoteurs de clubs accompagnés de notre démo. La carte était supposée seulement porter le logo de Metallica ainsi qu'un numéro de téléphone ; mais je pensais que ça paressait trop ordinaire et j'ai décidé qu'on devait mettre quelque chose sous le logo. Je ne voulais pas mettre "Hard Rock" ou "Heavy Metal", j'ai donc inventé le terme "Power Metal", je pensais que ça sonnait bien. Aucun groupe n'avait utilisé ce terme avant il me semble. Je me rappelle avoir ramené les cartes au groupe et Lars s'est énervé contre moi. Il m'a dit: "Qu'est-ce que tu as foutu ? Qu'est-ce que c'est "Power Metal" ? Je n'arrive pas à croire que tu as fait une chose si stupide. Nous ne pouvons pas utiliser ces cartes avec les mots "Power Metal" écrit dessus !".

Peu de temps après, Metallica a recruté un nouveau guitariste et a fait un concert...

Oui, nous avons embauché ce gars nommé Brad Parker, alias Damian C.Phillips, il s'agissait de son nom de scène. Nous avons fait un concert à la Concert Factory à Costa Mesa, et alors que James, Lars et moi même s'habillions pour monter sur scène, nous avons entendu ce solo de guitare, alors nous avons regardé par dessus "la rampe" des loges et nous avons vu Brad sur la scène en train "de faire flamber sa guitare". C'était le premier et dernier concert de Metallica avec Damian C.Phillips. Ensuite, je pense qu'il a incorporé Odin.

Est-ce là que James a décidé de chanter et de jouer de la guitare tout le temps ?

Oui. Il a décidé de faire ce qu'il savait faire le mieux, jouer de la guitare tout en chantant. Et ce n'est pas facile de jouer le type de riffs qu'il joue et chanter en même temps, c'est vraiment difficile.

Donc, ça nous amène à l'été 1982. Peux-tu nous raconter l'histoire de la désormais célèbre démo "No Life Till Leather" ?

Lars s'est lié d'amitié avec ce gars nommé Kenny Kane qui était un vrai serpent dans l'herbe. Il possédait ce label "Punk" appelé "High Velocity" et qui était une division de Rocshire Records, une compagnie d'enregistrement d'Orange County. Il a dit qu'il financerait pour nous un EP. Donc, nous avons été en studio et avons enregistré les morceaux suivants: "Hit The Lights", "Mechanix", "Phantom Lord", "Jump In The Fire", "Motorbreath", "Seek & Destroy" et enfin "Metal Militia", qui ont été enregistrés dans un studio huit pistes de Tustin appelé Chateau East. Après avoir écouté les bandes, Kenny a réalisé que nous n'étions pas un groupe de punk et il a fini par ne plus être intéressé. Nous avons donc repris les bandes qui sont finalement devenues la démo "No Life Till Leather".

Qui a été en charge de faire distribuer cette démo ?

Lars et son pote Pat Scott. Ils enregistraient des cassettes et les envoyaient. Ils avaient des contacts un peu partout dans le monde.

Qui a eu l'idée de prendre une page entière d'annonce dans le magazine Bam ? C'était un grand investissement à cette époque pour le groupe ?

Ca nous a coûté 600 dollars, ce qui était une grosse somme en 1982. C'était probablement une idée de Lars et James. Ils ont fait une ébauche de l'annonce et me l'ont montré et m'ont dit que ça coûterait 600 dollars. J'ai dit: "Ok, Lars, James, où est votre argent ?" et ils ont répondu: "Nous n'avons pas d’argent." J'étais le seul qui en avait, donc j'ai rédigé un chèque de 600 dollars à Bam et je n'ai d'ailleurs jamais revu mon argent.

Alors pendant cette période, vous n'avez jamais entendu de critiques des autres membres du groupe qui montraient qu'en tant que bassiste, vous vous trouviez à un cran en-dessous ?

Je ne pense pas qu'à cette époque que ça avait quelque chose à faire avec mon sens de la musique, parce que je jouais basiquement ce qu'ils me demandaient de jouer. James me montrait ce qu'il fallait jouer et je le jouais. J'ai compris la camaraderie entre James et Lars pour ce qui est de la composition et je ne voulais pas infiltrer cela. A mon avis, la raison pour laquelle ils ont gardé des morceaux de Dave Mustaine, est qu'ils pensaient qu'il était bon guitariste et ils ont fait cela pour qu'il reste content. Comme le morceau "The Mechanix", certaines paroles y étaient ridicules, ils ont fini par changer les paroles plus tard lorsque Dave a été viré du groupe et l'ont renommé "The Four Horsemen".

Quelle est l'histoire de Dave Mustaine et ses chiens ?

Je pense que ça s'est passé durant l'été 82. Dave était venu chez moi un dimanche après-midi, et il avait amené ses deux pit bull. Je pense que j'étais sous la douche à ce moment-là, en tout cas, Dave a laissé les chiens en liberté, ils sautaient partout sur ma voiture la rayant, j'avais une "Pontiac LeMans '72" refaite. Et James est sorti et a dit: "Hey Dave, vire ces putains de chiens de la voiture de Ron !". Et Dave a répondu: "Qu'est-ce que tu viens de dire ? Tu ne parles pas comme ça de mes chiens !".

Alors ils ont commencé à se battre et ont continué dans la maison, et lorsque je suis sorti de la douche, j'ai vu Dave frapper James droit dans la bouche, il a volé à travers la pièce, alors j'ai sauté sur le dos de Dave et il m'a retourné sur la table à café. Ensuite, James s'est relevé et a crié à Dave: "Tu es viré de ce putain de groupe. Casse-toi d'ici !". Alors Dave a ramassé tout son bordel et a foutu le camp. Le lendemain, il est revenu en pleurant en suppliant: "S’il vous plait laissez-moi revenir dans le groupe".

Comment Metallica et Cliff Burton sont entrés en contact, l'avez-vous vu lorsque lui et son groupe Trauma étaient dans la ville ?

Je pense que nous nous étions juste pointés à un concert de Trauma au Whisky A Go Go pour une raison ou une autre. Nous étions assis et regardions le groupe et soudain le bassiste s'est lancé dans un solo alors que les guitaristes jouaient le rythme et il secouait sa tête dans tous les sens. James et Lars étaient en train de le saluer. Nous n'avons pas parlé à Cliff ce soir-là, mais il se peut qu'ils l'aient abordé le soir suivant au Troubadour. En fait, je ne sais pas comment ils se sont rapprochés.

Comment s'est fait votre premier concert à San Francisco ?

Je pense que c'était une soirée "Metal Massacre" avec Bitch, Circuth Ungol et Laaz Rocket. Et Circuth Ungol avait annulé, donc Brian Slagel nous a appelés à la dernière minute pour les remplacer. C’était au Old Stone. J'avais loué une remorque et nous y avons chargé notre batterie et tout notre matos. Nous l'avons tirée avec le "Ford Ranger'69" de mon père, nous étions tous montés dans ce camion. Je n'avais encore jamais été à San Francisco, je me rappelle conduire autour de Chinatown avec cette remorque et je commençais à en avoir marre de chercher ce club. Tous les autres membres du groupe étaient derrière moi en train de boire et de s'éclater.

Mais le show s'est très bien déroulé ?

Oui, nous ne savions pas que notre démo "No Life Till Leather" était arrivée jusque là, ils connaissaient tout de nos morceaux. On nous demandait des autographes, on était en plein trip, nous n'arrivions pas à y croire. Quand nous avons joué à LA avec des groupes comme Ratt, le public restait là, les bras croisés.

Comment s'est passé le second concert à San Francisco en octobre 82 ?

C'était à l'Old Waldorf, un lundi soir. Le public est devenu fou à ce concert. En fait, je pense que Cliff Burton est venu ce soir là.

Donc, tu ne savais rien concernant les négociations entre les autres membres et Cliff Burton ?

Les choses ont commencé à notre retour à la maison... mes affaires avaient disparu. La pire chose a été lorsque nous avons joué avec le groupe de mon pote Jim Kaos, et Roxx Regime (qui est devenu plus tard Stryper). Apparemment une des poulettes de Dave m'a volé ma basse "Ibanez" de rechange. Ma veste en cuir n'était plus là. La situation me rendait vraiment dingue. Et je ne savais pas pourquoi cela arrivait, j'avais fait ce que je pouvais et ce qu'ils m'avaient dit de faire. Lars et moi, nous nous prenions souvent la tête, je n'aimais pas quand les gens se pointaient en retard et c'était justement ce que Lars faisait. Je devais conduire tout le chemin jusqu'à Newport Beach pour le prendre, alors je lui disais: "Si tu ne peux pas le faire, ce n'est pas mon problème ok".

A chaque fois que nous donnions un concert à San Francisco, je devais emprunter le camion de mon père, payer l'essence, je devais louer la remorque, je payais les chambres d'hôtel... et c'est cher à San Francisco même pour une chambre bon marché. Je payais tout et ils ne comprenaient pas pourquoi j'étais fou, ils disaient: "Tu encaisseras le chèque après le concert", et nous n'étions payés que 100 dollars par concert au plus, ce qui couvrait même pas les frais d'hôtel. En plus nous buvions pour 200 dollars d'alcool. Je leur disais tout le temps: "Si je fais partie de ce groupe, pourquoi est-ce à moi de tout payer alors que vous, vous vous la coulez douce ?". J'avais suggéré que nous prenions un manager ou quelqu'un qui pourrait nous financer parce que ça commençait vraiment à me fatiguer. Alors ils rigolaient et disaient: "Tu déconnes !". Ils ne comprenaient pas, et ils considéraient que c'était moi qui avais une mauvaise attitude.

- Tu en avais assez de leur cinéma et tu ne savais probablement pas qu'ils voulaient avoir du succès ?

Exact. Je savais comment ils étaient... Dave, à ce moment, était un trou du cul, et Lars ne s'occupait que de lui. Mais ce qui m'a réellement blessé, c'est James, parce que c'était mon pote et il se rangeait de leur côté et j'étais soudainement devenu l'exclu du groupe.

A la fin novembre '82, lorsque vous êtes allés à San Francisco pour la troisième fois, étais-tu au courant qu'ils prévoyaient de te remplacer par Cliff ?

Après les avoir entendus parler de Cliff, je m'en doutais. Je me rappelle qu'après ce concert, il pleuvait et j'ai vu Cliff, tout de jean vêtu, attendant dehors sous la pluie. Et je lui ai dit: "Hey mec, tu veux que je te dépose quelque part", je le plaignais ce gars. Le lendemain, nous avons joué au Mabuhay Gardens, c'était un coin paumé. C'est le dernier concert que j'ai fait avec Metallica.

En rentrant à L.A, te disais-tu que tu allais être remplacé ?

Tout d'abord, laissez-moi éclaircir un petit point. Je vous parle d'il y a très longtemps, c'était il y a si longtemps que ça n'a même plus aucune importance aujourd'hui. Je vous raconte simplement ce que je ressentais à ce moment là. Je veux qu'on sache que ça ne m'ennuie plus maintenant, c'était il y a 14 ans, ce sont juste des souvenirs. Je m'entends bien avec tous les gars aujourd'hui.

Donc, c'est ce qui est arrivé... Sur le chemin du retour nous nous sommes arrêtés à un magasin de vins et spiritueux, je conduisais, et ils avaient un gallon plein de whisky. James, Lars et Dave étaient complètement défoncés. Ils frappaient constamment à la fenêtre pour que je m'arrête pour qu'ils puissent pisser un coup, et tout d'un coup j'ai jeté un coup d'oeil et j'ai vu Lars couché au milieu de la route (Lars avait vraiment bien bu ce soir-là). C'était incroyable ! Et j'ai dit: "Putain de merde !". Ensuite un de mes potes m'a dit qu'ils avaient vu Dave Mustaine verser une bière sur les micros de ma basse "Washburn" en disant: "Je hais ce putain de Ron". Le lendemain, ma basse ne marchait plus. Ma copine de l'époque m'a aussi dit qu'elle avait entendu dire qu'ils voulaient prendre Cliff dans le groupe.

Penses-tu que leur intention était de te harceler jusqu'à ce que tu quittes le groupe ?

Je ne sais pas. Si tu écoutes leur version, ils prétendent m'avoir viré, pourtant je ne les jamais entendu me dire: "Tu ne fais plus parti du groupe". Ce qui est arrivé est que, après que Dave ait foutu en l'air ma basse, j'ai tenu tête au groupe lorsqu'ils sont venus pour répéter et j'ai dis: "Cassez-vous de chez moi !". Je me suis tourné vers James: "Je suis désolé, James, mais toi aussi". Et ils étaient partis deux jours après. Ils ont pris leurs affaires et ont déménagé à San Francisco.

Tout ça est arrivé aux environs de la première semaine du mois de décembre '82.

Ouais. C'était juste après notre retour de San Francisco. J'étais tellement dégoûté de tout ce qui s'était passé que j'ai vendu tout mon matos: mes amplis, mes étuis, j'ai même vendu ma "Les Paul" qui maintenant vaudrait environ 1200 dollars. Tout ça m'avait énervé. Ensuite en 1986, mon pote Katon DePenna, qui était chanteur, m'a dit que je devais revenir à la musique.

J'avais de l'argent à la banque à ce moment, alors je suis allé acheter une basse "Fender P" et un ampli Marshall pour basse. Nous avons commencé à jammer et nous avons formé le groupe "Phantasm". Ce qu'on faisait ressemblait à du punk progressif, c'est dur à décrire: les paroles étaient punks mais la musique avait des tonnes de changements différents. Nos deux premiers concerts avec Phantasm ont eu lieu les deux mêmes soirs que les premiers concerts de Jason Newsted avec Metallica, lorsqu'ils ont joué au "Country Club" & "Jezebel's". Je pense que c'était le 7 et le 8 novembre. Nous avons joué au "Fenders Ballroom" à Long Beach avec environ dix autres groupes Punk. Nous avons aussi joué en première partie au Fenders pour les "Plasmatics" devant 1500 personnes ; c'était vraiment cool, c'est en fait la plus grande foule devant laquelle j'ai joué.

La raison pour laquelle "Phantasm" s'est séparé est que je n'arrêtais pas de les souler avec Metallica, et le groupe en est devenu malade. Beaucoup de gamins sont venus à nos shows parce que j'avais fais parti de Metallica. Lorsque nous sommes allés jouer à Phoenix, tous les gars de "Flotsam & Jetsam" sautaient devant la scène et après le concert tout le monde me demandait des autographes. Ensuite après ça, tout s'est arrêté et je n'ai jamais plus fais parti d'aucun groupe depuis.

Quel est le meilleur moment de ta période Metallica ?

Probablement la première fois que nous avons joué le morceau "Whiplash", je pense que c'était au "Billy Barty's", au Roller Rink à Fullerton. C'était le titre le plus ravageur. A chaque fois que nous le jouions, c'était à tomber sur le cul.

Et le plus mauvais ?

A la fin, quand j'ai découvert que j'avais été trahi. J'aurais probablement été plus respecté en tant qu'organisateur de tournée que je ne l'ait été en tant que bassiste. Mais bon, comme je l'ai déjà dit, c'est de l'histoire ancienne.

Remerciements: Samwise