Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

 FacebookFacebookFacebook

 Sélection Store

T-Shirt Viking
T-Shirt Viking
Commander

Interview exclusive de Cliff Burton

Le monde du Metal a été secoué par la perte du bassiste, Cliff Burton, de Metallica quand leur tour-bus a dérapé sur du "verglas" lors de leur tournée en Scandinavie, et Cliff a été jeté au travers de la fenêtre et écrasé par le bus. Il a été un élément important dans le succès de Metallica, contribuant avec son sens virtuose de la musique, son attitude terre à terre et totalement présent sur scène. Il a aidé à sortir la basse hors de l'ombre avec ses solos de basse, incorporant des harmoniques, des passages classiques, des altérations et des effets wahwah: "Anesthesia", "The Call Of Ktulu" et "Orion" sont les meilleurs exemples de son incroyable technique. Remerciez Dieu que James, Kirk et Lars aient été assez ouverts d'esprit pour le laisser jouer ce qu'il voulait. A la différence de la plupart des metalleux, Cliff Burton a écrit ses propres lignes de basse plutôt que de suivre la guitare rythmique. Il a toujours une influence capitale sur les musiciens et les fans de Metal d'aujourd'hui. Son effroyable capacité musicale était bien connue, mais sa personnalité en a fait un personnage hors pair, unique et véritable: son comportement facile à vivre, personnage décontracté en coulisse contrastait énormément avec l'image de sauvage qu'il donnait. Si vous n'avez jamais rencontré Cliff, l'interview suivante vous donnera une compréhension de la personne qu'il était. Cliff donnait peu d'interviews, préférant laisser ça à Lars ou à James. Cette interview a été faite en 1986 dans le vieux "Metallimansion" de James et Lars précédant une nuit typiquement arrosée dans l'auberge "Ruthie's Inn" à Berkeley en Californie, et a été transcrit ultérieurement par la petite amie de Cliff, Corinne Lynn.

- Quand avez-vous commencé à jouer ?

J'ai commencé à jouer en 1976. J'ai beaucoup jammé avec des amis du coin, alors je me suis réuni avec ces mecs qui se sont appelés "EZ Street", baptisé du nom d'un angle de rue de San Matéo.

- Quel genre de musique ?

Oh, c'était toutes sortes de merdes en tout genre. En fait, c'était assez idiot. Nous avons fait beaucoup de couvertures. Mais j'étais avec eux pendant un moment, pendant quelques années. Et, au fur et à mesure, cela s'est dégradé. Alors j'ai vu Trauma, et j'ai pensé: "Bien, je pourrais aussi le faire".

- Quelles sont vos influences ?

Mes influences seraient… d'abord, à la basse ça serait Geddy Lee, Geezer Butler, Stanley Clarke.

- Des dieux, et quand est-il de Steve Harris ?

Je ne l'ai jamais vraiment entendu avant...

- Avant que vous n'ayez développé votre propre style ?

Ouais, Lemmy de Motorhead a aussi eu une influence dans la manière dont il utilise les altérations. C'était différent, nouveau et excitant. D'autres guitaristes ont eu de l'influence. Les gens comme Thin Lizzy par exemple.

- Phil aussi ?

Jimi Hendrix, Ulrich Roth, Schenker à un certain degré, Tony Iommi et bien d'autres.

- Que diriez-vous de vos cinq albums préférés ?

Cinq albums préférés. Disons juste cinq groupes bien cool. Tous ceux de Glenn Danzig, des Misfits ou Samhain, toute son oeuvre. Tous les trucs de Thin Lizzy.

- English Dogs ? Credence ?

Non, les vieux trucs de Black Sabbath. A part ça, il y a un groupe appelé REM que j'aime beaucoup, assez bizarre. Il y a aussi les vieux trucs d'Aerosmith, les nouveaux trucs d'Aerosmith. J'aime beaucoup ce groupe.

- Comment êtes-vous entré en contact avec Metallica ?

Trauma jouait quelques concerts à Los Angeles. James et Lars nous ont vu et ont décidé que je ferai parti de leur groupe. Et donc, ils ont essayé de me voir et de m'appeler et je suis venu à leurs shows à Frisco. Finalement, Trauma a commencé à m'ennuyer à cause de différentes choses, j'ai dit: "Plus tard".

- Musicalement parlant ? Vous vouliez devenir plus Heavy ?

Musicalement ? Oui, c'était musical. Ils commençaient à devenir commerciaux de différentes manières, dans leurs attitudes musicales différentes qui me gênaient. Je voulais devenir plus Heavy oui.

- Donc, vous avez dit à Metallica qu'ils devaient venir à San Francisco s'ils voulaient vraiment que vous fassiez parti de leur groupe ?

Ouais. Je leur ai dit de venir ici parce que je n'irai pas à Los Angeles ; parce que j'aime San Francisco. Alors, ils ont dit: "De toute manière c'est ce qu'on prévoyait de faire". Donc, ils sont montés et nous nous sommes réunis dans cette pièce où nous sommes maintenant, on a créé le concept et on s'est fait chier dessus pendant 2-3 jours. C'était évident que c'était une bonne chose à faire immédiatement, donc, nous l'avons faite.

- Que pouvez-vous dire des premiers jours ? Vous avez, évidemment, beaucoup progressé depuis.

C'était marrant à l'époque ; ça l'est toujours maintenant.

- Vous avez semblé avoir un peu plus l'attitude "Fuck It All" avant ?

Hum, je pense que vous pouvez affirmer sans risque que nous avons mûri musicalement, de n'importe quel côté aussi d'ailleurs, pendant ses trois années passées. Et, il y a beaucoup plus en jeu maintenant.

- La prise en main d'un manager est bien pour vous, non ?

Ouais, tout ceux avec qui nous avons signés s’occupent bien de nous. Tout va bien.

- Où pensez-vous que vous serez dans quelques années ? Vous êtes évidemment sur la bonne voie, mais pensez vous que vous allez être comme les Maiden et les Priest ? Cela semble se confirmer.

Euh... je ne sais pas. Je n'essaye pas, de spéculer sur ce genre de choses, vous savez ; de cette façon, je ne peux pas avoir tort si cela ne se passe pas comme ça. Nous essayons juste de faire de notre mieux et nous le ferons autant que nous pouvons et voir où ça nous mène.

- Quel a été votre show le plus mémorable ? Vous vous amusez bien ensemble je suis sûr. Il semble que vous vous amusez toujours.

La plupart d'entre eux, ouais. Parfois, vous savez, cela vous arrive mais en somme la plupart des shows ont été réellement bons. Il est dur de dire que vous êtes bons. Vous ne savez pas vraiment ce qui se passe ; vous jouez et vous voyez ce qui s'est passé après.

- Et en ce qui concerne les bouteilles de Donington ? Parlez-nous un peu de ce festival.

Donington était le jour des cibles pour des projectiles. Toute cette merde s'est accumulée sur la scène tout au long de la journée et les fans les envoyaient.

- Et ce n'était pas parce qu'ils ne vous aimaient pas ?

Non, ils le font juste parce qu'ils aiment le faire. Je pense qu'ils nous ont quand même bien aimés.

- Ouais, j'ai eu de bons échos. En ce qui concerne le nouvel album "Master Of Puppets" ? Parlez-en nous un peu. Quelle est votre musique préférée ?

Ma préférée est "Master". "Master" est, je pense, la meilleure de Metallica. La mélodie est la meilleure.

- Les sons sont de plus en plus techniques, n'est-ce pas ?

Ouais, ça le devient plus. On progresse.

- En ce qui concerne les plus Trash ? Les plus lourdes, les plus rapides, "Battery" et "Damage" ?

Elles sont... plus rapides. Vous savez, le truc typique de Metallica, c'est la rapidité.

- Comment l'album est-il en studio, aussi lisse que prévu ?

Il a pris trop de temps. Nous n'avons pas géré correctement notre temps, mais les chansons étaient toutes bonnes et nous sommes sortis avec quelque chose de très bon. Comme je le disais, nous n’avons pas bien géré notre temps, mais somme toute, je pense que cela a été un succès.

- C'est une bonne suite pour "Ride The Lightning", alors ?

Oui, clairement.

- En ce qui concerne votre équipement, qu'utilisez-vous pour votre ampli ?

J'utilise des amplis Mesa Boogie. Pour eux, j'utilise des jack 4x12 et 115. Ce sont des 115 bourrés à l'intérieur d'une boîte 412. Ainsi, vous savez, vous uniformisez le backline. Je joue avec les basses Aria. Ma préférée est l'Aria Black & Or.

- Qu'est-ce qui est arrivé à Ricky Rickenbacker ?

Ricky avait besoin de travail. Pendant quelque temps, j'avais une Alembic, j'étais bien heureux avant qu'on me la vole ! Si quelqu'un là-bas trouve par hasard une basse noire un peu abîmée avec un éclat assez grand près du chevalet, cela pourrait être la mienne, envoyez-la moi.

- Sur le nouvel album, j'ai entendu un court solo de basse où vous utilisez une pédale de volume, non ?

Sur cet album, l'intro de la musique appelée "Orion" est une intro de basse. Il y a environ 8 à 12 pistes différentes de basse, beaucoup d'harmonique, de nuances, d'effets et d'autres trucs. J'hésite à l'appeler solo de basse, c'est juste une intro, mais il n'y a que de la basse. Il y a aussi un petit solo de basse dans "Orion" à côté d'un solo de guitare. Personne ne pourra dire si c'est de la basse, mais s'en est.

- J'ai remarqué que dans certaines de vos anciennes chansons, vous avez rajouté quelques petits trucs que vous ne faisiez pas avant.

Ouais, et bien il arrive un temps où vous connaissez vos musiques comme les doigts de votre main et vous pouvez donc lui donner un petit coup de jeune et d'en faire un truc différent. C'est cool, c'est amusant.

- Quelles sont vos chansons favorites du premier album ? Probablement "Anesthesia" ?

Hum... je ne la considère pas vraiment comme une chanson.

- Mais c'est votre show ?

Ouais, mais une chanson est une chanson, vous savez, et c'est juste un solo.

- C'est vrai. Bon, quelles sont celles que vous aimez jouer en live ?

J'aime jouer "Seek" en live. Elle est facile, vous savez, je n'ai pas besoin de faire attention à ce que je joue. Je m'amuse bien avec "The Four Horsemen" aussi.

- J'ai remarqué que Dave Mustaine de Megadeth ne l'a pas joué au nouvel an. Dave est parti du set au moment de "The Mechanix".

Je n'ai pas eu la chance de voir Dave ce soir là.

- Parlez-nous des Spatic Children.

Les Spatic Children. C'est une excuse pour défoncer des trucs et boire. Vous savez, les Spatic Children forment un putain de groupe de cons.

- Qu'avez vous modifié sur votre basse ? Donnez-nous quelques détails.

Vous voulez des détails sur ça ?

- A moins qu'il y ait certaines choses que vous ne vouliez rendre publique.

C'est probablement le mieux, non ? Sinon, après, tout le monde va me le demander. Chaque fois que je vais être interviewé, on va me demander: "Qu'avez vous fait ?". Oubliez.

- Qu'avez-vous à dire aux jeunes qui veulent devenir musiciens ? Dans votre passé, comment avez-vous fait pour résister ? Quel est votre conseil ?

Quand j'ai commencé à jouer, j'ai décidé que j'y consacrerai ma vie.

- C'est probablement la seule voie qui vous était destinée, non ?

Cela a marché pour moi. J'imagine qu'il y a beaucoup de personnes qui y consacrent leur vie et qui ne rencontrent pas le succès voulu. Le principal est de s'y impliquer totalement, quitte à épouser complètement ce que vous faites et de ne pas être entraîné par toutes les autres embrouilles que la vie apporte.

Interview: Trash Metal par Harald O.
Remerciements:
Chimiks